Aime la page Facebook.com de iCHRETIEN.COM !

Et Rejoins la Communauté du
Premier Portail Chrétien de Côte d'Ivoire !

Loading

AU KIOSK

Date de publication : dimanche 12 octobre 2014 -

L'impossible est vrai : Ma Vie........ mon parcours


L'impossible est vrai : Ma Vie........ mon parcours

« Le malheur atteint bien souvent le juste, mais l’Éternel l’en délivre toujours. » (Psaume 34:20), nous dit la Bible. MA VIE…, MON PARCOURS constitue la preuve indiscutable de la véracité de ces paroles des Saintes Écritures

LE RÉCIT D’UNE VIE SCOLAIRE PÉNIBLE

J’avais cru qu’une fois que je serai auprès de mon frère, j’allais être en paix et très heureuse mais j’ai du très vite m’en désabuser. Celui-ci avait trois femmes. Lorsque la Rentrée des classes arriva, l’une d’elles qui était enseignante, dut rejoindre son poste, chose que je trouvai normal. Les deux autres femmes portaient toutes les deux des grossesses.

Ainsi, je ne pouvais pas m’imaginer qu’elles allaient toutes les deux aller en famille, après que mon frère leur ait « donné congé » ! Lorsque les deux femmes sont parties, voici que huit jeunes gens du village sont venus travailler dans la société où mon grand-frère travaillait. Ceux-ci n’ayant pas de domicile où résider, sont tous venus habiter avec nous chez mon grand-frère. Il y avait aussi avec nous, l’une de mes tantes dont le mauvais état de santé ne permettait plus d’assurer les tâches ménagères, et qui elle aussi était à la charge de mon grand-frère.

Figurez-vous que nous étions plus de quinze personnes à la maison, et il me revenait à moi toute seule, de faire le ménage pour tout ce beau monde. J’avais en outre déjà commencé les cours. Je devais me lever très tôt le matin pour faire la cuisine et le ménage avant d’aller à l’école. En allant à l’école, j’allais d’abord au marché pour y remettre le seau de marchandises que je revenais chercher après les cours, à une tante qui y vendait. Dès mon retour à la maison, je redevenais la « petite maman » de tout ce monde-là. Je faisais la cuisine, la lessive, le nettoyage du salon, de la cour et de la douche, et je m’occupais même des enfants de mon frère. J’étais tenue de bien m’appliquer dans toutes ces tâches car mon frère était un adepte du travail bien fait et un « ennemi » de la saleté.

Bien-aimés, lorsque je finissais toutes ces corvées, je tombais morte de sommeil, et je ne pouvais étudier convenablement. Malgré tout, j’obtins 11 de moyenne au Premier Trimestre. J’ai alors pensé que je recevrais des félicitations de la part de mon frères et de ses protégés dont j’étais devenue « leur femme à tout faire », mais que non ! À ma grande surprise, ce sont plutôt à des injures que j’ai eu droit, à des paroles méchantes qu’on ne pourrait même pas imaginer venir de ces derniers, dont j’ai beaucoup souffert. Ce jour-là, j’ai pleuré toute la nuit sans pouvoir dormir. Et je me suis alors dite qu’il m’était préférable d’arrêter les études et de retourner vivre chez ma grand-mère. Mais une fois arrivée en classe, une camarade de classe qui avait remarqué que j’étais beaucoup calme, me réconforta et me donna le conseil de continuer les études en ne baissant pas les bras. Bien-aimés, c’est cette fille que Dieu a envoyée vers moi pour devenir pour moi comme une mère. Elle me donnait des conseils, elle partageait avec moi son argent de poche. C’est ainsi que grâce à elle, je réussis à terminer l’année avec douze de moyenne.

Cependant, mon frère, très en colère contre moi, me dit un jour que comme je semblais me plaindre de la dureté des tâches que j’effectuais chez lui à la maison et que j’évoquais mon impossibilité d’étudier, il m’enverrait à un endroit où je n’aurai même pas le temps d’étudier, et qu’ainsi j’apprendrais que la vie n’est pas facile. Lorsqu’il a parlé ainsi, j’ai cru qu’il badinait et qu’il le disait pour m’effrayer. Bien-aimés, mettant sa menace à exécution, il dit à l’un de mes oncles de m’inscrire au CEG de Dabou.

Au début, j’en étais ravie car je m’étais dite que comme cet établissement est une école publique, si je travaillais bien, je pouvais avoir la chance d’obtenir une bourse. Mais là encore je fus désabusée. En effet, la maison de mon nouveau tuteur grouillait lui aussi de monde. Ce dernier avait trente et deux enfants, sans compter les élèves qui habitaient chez lui. J’étais alors en classe de Cinquième (5ème) des Collèges. Mes travaux domestiques étaient tout aussi pénibles que ceux que j’effectuais chez mon grand-frère......

Auteur : Prophetesse Yao  N'guessan Christine  Lydie

PRIX: 4000 Frs Cfa

Contacts : 05 75 93 04 / 08 39 34 85


retour

QUE PENSEZ-VOUS DE CET ARTICLE





REJOIGNEZ-NOUS





FAITS ET BIBLES
INSOLITE - Les pasteurs Dieunedort Kamdem et Waffo choquent les internautes…photos
INSOLITE - Les pasteurs Dieunedort Kamdem et Waffo choquent les internautes…photos Voici une image qui a exaspéré et choqué plusieurs internautes un peu partout dans le monde, depuis sa publication il y a quelques semaines sur les réseaux sociaux.
afrikmag.com




ichretien.com :le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire


Ichretien.com - Le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire - Actualité Chrétienne Ivoirienne et Internationale 24 h/24 | Ensemble, Transformons des vies en ligne ! Tous droits réservés
Ichretien.com est une Marque de l'Agence WINCOM - Tel : (+225) 58 58 18 58 - Bureau de Liaison Europe / Amérique : +33 65 25 38 559