Aime la page Facebook.com de iCHRETIEN.COM !

Et Rejoins la Communauté du
Premier Portail Chrétien de Côte d'Ivoire !

Loading

ACTUALITE

Date de publication : Jeudi 10 Août 2017 - Source : Ichretien.com

Côte d'Ivoire

Ekra Simon Pierre : L’UJAC avec sa jeunesse veut rendre l’église de demain incontournable pour la société africaine


Ekra Simon Pierre : L’UJAC avec sa jeunesse veut rendre l’église de demain incontournable pour la société africaine
L’Union des Jeunes des Eglises de l’Alliance Chrétienne (UJAC) est issue de l’Alliance Chrétienne, cette structure est née en 1991 à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Elle rassemble tous les jeunes de l’Alliance Chrétienne pour une relève dynamique afin d’assurer la pérennité de l’Alliance Chrétienne. Fort de cet objectif, l’UJAC tiendra son 13ème congrès en Côte d’Ivoire, dans la ville de Bouaké du 14 au 21 Août 2017. C’est dans cet élan que nous avons rencontré le président de la JEPCMA, le frère Ekra Simon Pierre pour un échange.

Ichrétien : Ichrétien.com est avec le Président de la JEPCMA, Mr EKRA Simon Pierre, bonsoir. Dites-nous ce que signifie l’UJAC et à quand date sa création ?
Président : Bonsoir cher frère, bonsoir chers internautes. L’UJAC c’est l’Union des Jeunes des Eglises de l’Alliance Chrétienne, connue plus au niveau de la Côte d’Ivoire sous l’appellation église CMA, de l’Afrique. Cette union a vu le jour en 1991 à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso.

Cela fait combien de temps que vous êtes le Président de la Jeunesse des Eglises Protestantes du CMA Côte d’Ivoire et en même temps vous êtes Président de l’UJAC ? Comment arrivez-vous à organiser cela ?
Pour le moment je suis uniquement le Président de la jeunesse CMA, en Côte d’Ivoire. Je le suis depuis 2009 et je suis à mon deuxième mandat. Parlant de l’UJAC, actuellement le secrétariat, c’est-à-dire l’instance dirigeante du mouvement est assurée par le BURKINA Faso qui en a la présidence. Et, selon le programme de rotation, logiquement au prochain congrès qui aura lieu très bientôt en Côte d’Ivoire, le secrétariat reviendra à la Côte d’IVOIRE.

Est-ce pour cela qu’il a lieu en Côte d’Ivoire ?
Non, ce n’est qu’une pure coïncidence. Ce n’est pas une obligation pour celui qui accueille le congrès d’en recevoir le mandat.

Quel impact l’UJAC peut apporter sur la vie d’une église ?
Pour nous la jeunesse, c’est la locomotive de l’église, si je puis le dire. Aujourd’hui on dit souvent : la jeunesse, c’est l’église de demain. Mais pour nous, la jeunesse, ce sont des partenaires d’aujourd’hui et l’église de demain. Et donc la vie ou l’avenir d’une église se conjugue avec la jeunesse. D’où la nécessité d’avoir une jeunesse bien formée, disposée et qui est prête à s’engager pour le Seigneur, aucune grande révolution n’a été possible sans la jeunesse.

Nous disons que quand la jeunesse se lève, c’est l’église qui est debout raison pour laquelle, nous travaillons à ce qu’effectivement l’église de demain en général soit une église qui a véritablement sa place dans nos nations. Pour nous, l’église a une responsabilité ; sa raison d’être au niveau de ce continent afin d’apporter un plus, le meilleur à notre société. Pour cela son impact doit être visible. Nous, nous souhaitons voir des jeunes formés, aussi bien sur le plan spirituel qu’intellectuel pour qu’ils occupent de hautes responsabilités, afin d’être la solution aux problèmes de nos sociétés et conduire l’église dans son positionnement réel au sein de notre société et dans le continent tout entier.


Donc le positionnement de l’église dans le continent africain, c’est là votre préoccupation ! Dites-nous combien de pays abritent l’UJAC ?
Nous sommes dans sept pays. Ce sont : le Burkina Faso, le Gabon, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Libéria et la RDC. Et aujourd’hui, nous avons des pays qui sont des sympathisants, mais nous pensons que très bientôt ces pays-là nous rejoindront. Nous avons notamment l’Angola et le Congo Brazzaville. Il y a aussi des champs de mission qui sont ouverts dans certains pays, Ghana, Sénégal. Et quand l’église prendra forme dans ces pays, nous pensons que ces pays nous rejoindrons. Sinon pour l’heure nous sommes présents dans sept pays africains.

Vous avez parlé d’unité, est-ce que pour vous l’unité de l’église est une utopie ?
Non, il faut que ce soit une réalité et nous le pouvons. Et c’est en ce sens que nous parlions du rôle de la jeunesse. Et le cadre de rencontre a été mis en place par nos églises avec cet organe qu’est la FECI notamment. C’est un outil que nous, au sein de la jeunesse, ne sentons pas encore. Et c’est une occasion pour nous de pouvoir dire aux autres jeunesses qu’il faut que nous nous mettions ensemble. Actuellement, nous travaillons déjà avec certains jeunes du point de vue national. Nous entendons aussi étendre cette collaboration pour qu’on puisse sentir cette unité réelle au sein de la jeunesse pour que l’église dans son unité puisse poser des actes qui auront plus d’éclats, plus de portées, plus d’impact qu’une seule dénomination.

Parlez-nous un peu des projets de l’UJACCI !
Notre projet à moyen terme, c’est l’achèvement de la construction du siège du mouvement à Bobo-Dioulasso. Dans l’immédiat, Le projet majeur c’est l’organisation du 13e congrès de l’UJAC. Il y a deux ans de cela nous étions au Mali et pour l’année 2017, c’est effectivement la tenue de ce congrès que nous attendons avec impatience. Ce congrès sera une occasion pour nous de recevoir des enseignements nouveaux pour que la jeunesse reparte encore encouragée et forte pour relever les challenges qui se présenteront à elle.

Quelles sont les articulations de ce congrès ?
Nous aurons des enseignements, des soirées culturelles, des prestations de chaque mouvement. Mais au-delà de tout cela, à chaque congrès, nous tenons nos assemblées générales. Particulièrement le 13e congrès est une assemblée élective ou nominative. On va assister au changement du secrétariat au niveau de l’organisation.

Et vous vous attendez à des changements majeurs ?
Oui, le fonctionnement de notre organisation est un système tournant qui est déjà mis en place. Pour nous la Côte d’Ivoire, c’est un honneur, puisque le secrétariat revient à la Côte d’ Ivoire pour conduire les rênes de l’organisation pendant les quatre ans à venir. Donc de 2017 à 2021, ce sera notre pays qui aura la lourde charge de conduire ce mouvement pendant cette période.

Vous vous s’attendez à combien de participants ?
Selon les estimations, nous étions partis sur la base de 2000 personnes. Mais aujourd’hui quand nous faisons les sondages, nous sommes largement au-dessus des 2000 et donc nous sommes partis pour 2500 ou 3000 jeunes que nous attendons.

Donc 3000 jeunes qui viendront de partout et unis autour d’un même thème : Jeunesse de l’Alliance Chrétienne, lève-toi et brille. Pourquoi ?
Oui ils viendront du Libéria, de la Guinée, du Ghana, de la RDC, du Mali, de la Côte d’ivoire. De tous ces pays qui ont été cités auparavant. Justement, nous avons tiré le thème de la dernière conférence mondiale de l’alliance qui a eu lieu à Bangkok. C’était sur le même thème. Mais nous l’avons adapté au contexte africain de l’UJAC, pour appeler la Jeunesse de l’Alliance Chrétienne Africaine à se lever, parce qu’il y a beaucoup de défis qui nous attendent. Le défi de l’enseignement, de l’éducation, de la santé, du logement et de l’emploi. Il n’y a pas mal de défis qui attendent la jeunesse en particulier et l’église en général. Il faut que l’église se positionne comme la solution aux problèmes de notre société. C’est pour cela que nous voulons que la jeunesse soit interpelée pour qu’elle prenne conscience de ce que Dieu attend d’elle et pour un avenir meilleur de notre continent.


Donc au sortir de ce congrès quels seront vos attentes ?
Nous voulons voir une jeunesse qui se lève, qui prend des initiatives, qui est prête à être créatrice d’emplois. L’image qu’on a de l’Afrique, est celle qui est toujours en train de lutter contre l’immigration. Nous voulons dire aux jeunes qu’en Afrique nous avons les ressources nécessaires. On peut avoir tout ce qu’il faut, on n’a pas besoin d’aller mourir par centaines sur des eaux. Il faut donc se mettre au travail et dans la prière, on peut chambouler le cours de certains évènements, pour que la jeunesse africaine de demain trouve la place pour vivre aisément. Qu’elle puisse avoir des structures de formation tant spirituelle qu’à académique, intellectuelle et professionnelle pour s’insérer dans le tissu social, pour que notre Afrique de demain soit une Afrique meilleure.

Je vais profiter d'une brèche que vous avez créée tout à l'heure, à propos de l’immigration. Pour vous, pourquoi ce sont les jeunes qui aujourd’hui fuient l’Afrique et vont chercher d’Eldorado en Europe ?
Vous savez aujourd’hui, avec l’effet de l’Internet, des médias et du portable les informations vont très vite. Les gens communiquent facilement et leurs situations en Europe font envier. Et en face, la situation de l’Afrique : chômage, instabilité politique, les maladies, la famille, les guerres. Tous ces jeunes n'ont plus d’espoir et vont chercher l’espoir ailleurs. Ils n’ont plus confiance en leur continent. Or aujourd’hui, comme je le disais tant tôt, l’Afrique avec son sol, son sous-sol et ses hommes, si dans l’unité on se met ensemble, peut changer de visage. Il ne faut pas attendre que l’extérieur vienne nous aider. Non ! Honnêtement pour nous, il faut que l’Afrique, au stade où nous sommes, puisse se prendre en charge.

La preuve, aujourd’hui, les missionnaires sont partis. Pourquoi sont-ils partis ? C’est parce qu’ils savent que l’église africaine est mature. C’est en ce sens que nous devons comprendre que nous avons un devoir, l’église a un devoir de sensibiliser, assurer une paix à la jeunesse pour qu’elle reste en Afrique. Nous avons 60% des terres cultivables du monde entier. On peut travailler dans le domaine agricole et aller de l’avant en transformant également nos produits. Cela ne peut pas résoudre tous les problèmes, mais elle peu un temps soit peu se positionner comme une solution pour éviter que les jeunes africains partent mourir en mer. Malheureusement ce sont des âmes qui sont perdues, parce qu’il y a véritablement combien qui connaissent le Seigneur ? C’est cela la réalité. C’est de notre devoir de porter la sensibilisation à travers l’Évangile pour qu’ils puissent être aussi gagnés au Seigneur, parce qu’avec Jésus-Christ, il y a de l’espoir pour l’Afrique.



Etant que le président de la jeunesse de l’église CMA de Côte d’Ivoire, est-ce que vous pouvez rassurer les internautes quant à l’organisation pratique du congrès, car elle vous revient ? Que diriez-vous pour rassurer les gens qui viendront ?
Aujourd’hui nous sommes à 75% en termes d’organisation, tout ce qui est administratif est déjà bouclés. Ce ne sont que les derniers réglages de mise en place, de restauration. Sinon tout ce qu’il faut pour l’hébergement, le local pour les enseignements, l'espace pour le sport, tout est déjà prêt. Donc nous n'attendons que les congressistes, qu’ils viennent. Nous pouvons leur garantir que tout est effectivement fin prêt. Il nous reste pratiquement quelques jours. Et nous pensons que d'ici là nous pourrons boucler tout ce qui reste permettant aux jeunes qui viennent d’évoluer dans un cadre agréable avec leurs frères venus des autres pays pour passer un moment à la gloire de Dieu.

Parlez-nous des dispositions sécuritaires qui sont prises.
Du point de vue sécuritaire, nous avons en interne les « Flambeaux et lumières ». Mais nous avons aussi pris attache avec la police pour que ceux qui viennent soient rassurés. Au niveau de Bouaké, nous avons pris des dispositions pour sécuriser tout cet évènement. Puisque ce sont 3 000 personnes qui se rassemblent dans un lieu, nous avons pour obligation de garantir leur sécurité. Nous avons donc pris des attaches avec les autorités administratives pour nous rassurer que tout se passera dans de bonnes conditions.

Nous sommes au terme de cette entrevue. Pouvez-vous nous donner une idée de l’endroit, de la date où tout cela va se tenir ?
Nous voulons inviter tous les jeunes de l'UJAC, que ce soit en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, en Guinée, au Gabon, au Mali, le Sénégal, l'Angola, le Ghana et en RDC, tout le corps du Christ à venir. Nous voulons les rassurer que tout est fin prêt pour ce grand évènement qui aura lieu du 14 au 21 Août 2017 à Bouaké, au Collège Saint-Viateur. Et comme nous l'avons dit le thème est : « Jeunesse de l’Alliance Chrétienne, lève-toi et brille ».

C’est notre saison, c’est notre temps. Dieu nous donne ce moment pour pouvoir impacter, influencer notre société et notre Afrique. C’est en mettant ensemble nos idées et nos forces que nous pourrons atteindre cet objectif-là, pour que nous soyons une jeunesse à la gloire de Dieu. Donc rendez-vous est pris le 14 Août 2017 à Bouaké pour que nous soyons tous là avec nos amis, nos frères et sœurs et vivre ce beau moment pour la gloire de notre Dieu. Merci encore et que Dieu nous bénisse ! Amen.

 Réalisée par Ethan


retour

QUE PENSEZ-VOUS DE CET ARTICLE





REJOIGNEZ-NOUS





FAITS ET BIBLES
Il subit 600 000$ de chirurgie plastique pour ressembler à Jésus-Christ
Il subit 600 000$ de chirurgie plastique pour ressembler à Jésus-Christ Mark Emery a déjà dépensé plus de 600 000 $ mais n'est toujours pas satisfait
Ichretien.com




ichretien.com :le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire


Ichretien.com - Le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire - Actualité Chrétienne Ivoirienne et Internationale 24 h/24 | Ensemble, Transformons des vies en ligne ! Tous droits réservés
Ichretien.com est une Marque de l'Agence WINCOM - Tel : (+225) 58 58 18 58 - Bureau de Liaison Europe / Amérique : +33 65 25 38 559