Aime la page Facebook.com de iCHRETIEN.COM !

Et Rejoins la Communauté du
Premier Portail Chrétien de Côte d'Ivoire !

Loading

ACTUALITE

Date de publication : Lundi 25 Septembre 2017 - Source : Ichretien.com

Côte d'Ivoire

Pour l’Alliance Biblique de Côte d’Ivoire, la traduction de la bible en nos langues locales devrait être une priorité pour l’église! (Partie 1)


Pour l’Alliance Biblique de Côte d’Ivoire, la traduction de la bible en nos langues locales devrait être une priorité pour l’église! (Partie 1)
Certains pensent que la bible est un instrument de colonisation, cependant pour beaucoup, elle est inspirée de Dieu. Pourquoi de tels préjugés sur la bible ? Le fait qu’elle soit en français (langue du colon) n’est-il pas un handicap pour la propagation de l’évangile ? L’Alliance Biblique de Côte d’Ivoire est un acteur majeur de la propagation de la parole de Dieu, nous l’avons rencontré pour échanger sur le thème : « Traduction de la Bible, quelle importance pour l’église »

Ichretien.com : Bonjour mon père, pouvez-vous vous présenter aux internautes d’Ichretien.com ?
Rev père Loba Thomas : Bonjour, je suis le Révérend père Loba Thomas, conseiller en traduction. Je suis le responsable du département qui s’occupe de la traduction de la Bible dans nos langues.

Quelle est la définition que vous pouvez faire de la traduction biblique ?
De façon succincte, on peut dire que la traduction est le fait de faire passer un message dans le message biblique, d’une langue source (pour la Bible nous savons que c’est l’hébreu, le grec et l’araméen) à une langue cible qui est une des langues de la Côte d’Ivoire. Si nous devons traduire la Bible en bété, c’est donc le fait de faire passer le message biblique de l’hébreu, grec ou araméen au bété. On traduit à partir de la langue originale de la Bible, maintenant pour beaucoup de traduction, on se fait aider par les versions modernes qu’on appelle en français en anglais selon le pays, mais ce sont des aides.

Pourquoi ce besoin de traduire la Bible dans nos langues ?
Ce besoin est fondamental, il y a deux raisons :
La première raison est que la Bible nous emmène à la traduction, beaucoup de passages attestent cette action de traduire. Je vais vous en citer quelques-uns. On a en Genèse 11 : 1-9 qu’il y a une diversité de langues qui est énoncé quant à la tour de Babel. Dans le livre de Daniel 7 : 13-28, on voit que Daniel dans ses visions nocturnes a vu un fils d’homme à qui on a remis la souveraineté. Ce fils d’homme est servi par toutes les nations, c’est le même passage qui rejailli en Apocalypse 9 à propos de l’église nouvelle. On insiste sur le mot langue : « toutes les nations de la terre servent et louent le Seigneur », voilà une vérité qui nous dit que chaque langue parle à Dieu. Elles ont d’abord reçu de Dieu une langue et chacune d’elles parle avec lui par la louange et l’adoration, voilà la première raison.

La deuxième raison, c’est que c’est la nature de Dieu, père, fils et Saint-Esprit. Dieu est en communion, il communique cette communion à l’homme avec qui il rentre en relation. L’on sait que le premier vecteur de la communication c’est la langue. Dieu utilise la langue qu’il a donnée à chacun de nous pour communiquer. Nous devons savoir que recevoir la parole de Dieu en français est une étape de notre histoire chrétienne. Notre travail est de faciliter cette communion grâce à la traduction de la Bible dans nos différentes langues.

Nous voyons en définitive dans le livre de Mathieu 28 : 19-20, le fait de faire de toutes les nations des disciples nécessite un moyen de communication dans la langue. Nous avons tous ces éléments qui nous incitent à la traduction de la Bible. L’église de Côte d’Ivoire est arrivée à un moment où elle doit assumer son « ivoirité » comme on dit. Si nous n’assumons pas notre identité, nous risquons d’être une photocopie de l’église de France.


Votre travail ne se fait-il pas un peu en amont d’une évangélisation ?
Nous dirons oui, mais cela va dans les deux sens aussi. Généralement dans nos pays d’Afrique francophones, les gens ont déjà reçu le message en français et la traduction vient après. Nous serions heureux de devancer une évangélisation dans la langue des gens, cela permettrait de mieux comprendre le message. Vous savez beaucoup d’Ivoiriens ne maitrisent pas le français, il est donc important que ces personnes aussi puissent avoir accès à la parole du Seigneur.

Quelles sont les langues qui ont été déjà prises en compte dans ce processus et quelles sont celles qui sont achevées ?
Nous pouvons dire qu’il y a d’abord un travail qui se fait sur le Nouveau Testament et ensuite sur toute la Bible. Généralement, nous commençons les projets avec le Nouveau Testament, mais quelque fois nous commençons avec la Bible entière. L’Alliance Biblique de Côte d’Ivoire a déjà traduit en termes de Nouveaux Testaments des Bibles en Aladjan, en bété de Daloa, en Dida, en Ebrié et en Gban. Pour ces langues nous pouvons dire que le travail est achevé car nous les avons dans la première partie du Nouveau Testament. Il y a des langues comme le Gouro, le Baoulé, le Cebaara (lire tchébara) et le Tagbana qui ont eu des Bibles entières. Cela est le fait de la demande des églises de la région et du besoin de la population.

Dites-nous, comment se fait le processus de demande pour la traduction de la Bible dans une langue ?
L’ABCI travaille avec les églises. Ce sont elles nos partenaires dans la traduction. C’est donc une église ou un ensemble d’églises qui fait la demande. Comme c’est un processus qui est assez long, il faut avoir des interlocuteurs qui soient établis, car la Bible est la propriété de l’église. C’est donc elle qui sent le besoin d’approfondissement dans la gestion de la langue des gens. C’est elle qui nous approche et nous devenons partenaires pour répondre à ce besoin-là. Elle définit son choix qui est soit la Bible entière ou le Nouveau Testament, car la traduction de la Bible entière prend du temps.

Qu’en est-il des étapes ?
Après que la communauté soit venue, nous établissons un partenariat, ensuite nous faisons une étude sociolinguistique pour comprendre comment se comporte la langue dans la région. Une fois que nous avons établi certains principes avec l’église, nous allons chercher à mettre sur pied des structures. Puisque c’est un projet qui est à court et moyen terme, il faut réfléchir à comment promouvoir la chose ? Pour ça aussi, nous allons mettre sur pied un comité qui va se charger de la promotion du projet. Il faut ensuite procéder aux recherches de moyens afin que ceux qui vont suivre ce grand projet puissent être pris en charge.

Cela concerne aussi bien le matériel de travail que leur personnes, vous comprenez que la vie de ce projet doit être entretenue par ce comité. Il faut ensuite recruter du personnel, ce travail est technique, nous aurons à rechercher des gens qui connaissent bien leur langue. Il faudra aussi que ces personnes sachent la lire et l’écrire, il faudrait que ces personnes soient des lettrées car elles devront lire la Bible en français, nous aurions aussi besoin des pasteurs et des prêtres qui ont une formation biblique qui peuvent aider ces personnes à mieux comprendre le sens d’un texte.

Une fois toutes ces structures ont été mises sur pied, il faut commencer le travail jusqu’à ce que le projet aboutisse. N’oublions pas que nous aurions des contrôles inopinés afin de ne pas sortir du sens originel des textes bibliques. Un comité de relecteurs sera aussi mis sur pied pour jauger la portée de la langue. Vous voyez que cela nécessite beaucoup de coûts parce que tout ce monde doit être entretenu.

A la fin, il y a un technicien de l’Alliance Biblique de Côte d’Ivoire que nous appelons examinateur de manuscrits qui à son tour va regarder les détails. Il va voir si le début des phrases est respecté par des majuscules et bien d’autres choses encore sur lesquels il va s’attarder. Une fois son travail achevé, le manuscrit sera envoyé à l’édition qui va aussi faire un premier travail et va nous le ramener pour que nous voyons si cela est conforme à l’aspect biblique que nous voulons. Une fois que nous sommes satisfaits, l’imprimeur peut commencer son travail. SUITE...
 


retour

QUE PENSEZ-VOUS DE CET ARTICLE





REJOIGNEZ-NOUS





FAITS ET BIBLES
Blasphème - Jésus n'est pas le seul chemin vers Dieu, dit le chef de l'Eglise de Suède Antje...
Blasphème - Jésus n'est pas le seul chemin vers Dieu, dit le chef de l'Eglise de Suède Antje Jackelén Le leader luthérien croit que Mahomet n'était pas un faux prophète. Elle a aussi affirmé que Jésus-Christ n'était pas le seul chemin vers Dieu !
ichretien.com




ichretien.com :le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire


Ichretien.com - Le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire - Actualité Chrétienne Ivoirienne et Internationale 24 h/24 | Ensemble, Transformons des vies en ligne ! Tous droits réservés
Ichretien.com est une Marque de l'Agence WINCOM - Tel : (+225) 58 58 18 58 - Bureau de Liaison Europe / Amérique : +33 65 25 38 559