Aime la page Facebook.com de iCHRETIEN.COM !

Et Rejoins la Communauté du
Premier Portail Chrétien de Côte d'Ivoire !

Loading

ACTUALITE

Date de publication : Mardi 10 Janvier 2017 - Source : Ichretien.com

Côte d'Ivoire

Rév Dr Dion Yayé Robert : la multitude de fédérations participe à la force de l’église ivoirienne


Rév Dr Dion Yayé Robert : la multitude de fédérations participe à la force de l’église ivoirienne
Beaucoup de fédérations ont vu le jour dans le milieu évangélique, comment devrait-on percevoir une telle floraison ? Le Rév Dr Dion Yayé Robert donne sa perception sur le thème : La prolifération des fédérations, une force pour l’église ivoirienne.

Ichretien.com : Bonjour Dr Dion, quel regard jetez-vous sur l’état de l’église ivoirienne ?
Dion yayé: Il faut d’abord comprendre que l’église ivoirienne est très féconde. Elle a donc produit beaucoup d’enfants spirituels ce qui traduit d’une réelle croissance. Je me souviens 40 ans avant lorsque Dieu nous faisait la grâce de commencer l’œuvre, il n’y avait pas assez de chrétiens évangéliques. Aujourd’hui avec l’évangélisation et l’implantation des églises, nous pouvons dire aisément qu’il existe une fécondité remarquable de l’église ivoirienne.

Quarante après l’église parait féconde, on ne saurait parler de lapsus quand on affirme la présence de grand nombre de fédérations. Selon vous cela serait dû à quoi ?
Cela est tout à fait normal, vous savez que la première fédération qui a existé était la Fédération Evangélique de CI (FECI) que les missionnaires ont mis en place. Il y a plusieurs communautés, plusieurs églises qui sont nés du travail missionnaire qui a été fait ici. Aujourd’hui, il y abeaucoup plus d’églises et cela était notre vœu. Et donc qu’il y a plusieurs fédérations, cela va de soit car tout cela s’assimile au corps de Christ.

Tout corps est constitué de plusieurs membres, ce qui à mon sens est normal. Après donc la FECI, il y a eu le CENEPCI ; ainsi tous ceux qui n’étaient ni de la FECI ni du CENEPCI ont créé la CEPMECI (Conférence des Eglises Protestante et Missions Evangéliques de CI). Cela fait donc trois grandes fédérations qui ne se reconnaissaient pas dans ces premières fédérations ont créé les leurs. Ce que nous apprécions. Nous savons que cela allait arriver par la croissance des églises.

Il est bon cependant que les chrétiens aient une appartenance commune et travaillent sur une seule plateforme. Nous avons plusieurs fédérations et nous sommes en train de travailler à la mise sur pied du Consistoire. Nous sommes en train donc de travailler avec des anciens du milieu chrétiens en CI et cela prend du temps. Il faut dire que le Consistoire n’est pas une fédération mais est plutôt un cadre de réflexions, de décisions, d’analyses et de protection des intérêts des églises protestantes évangéliques de CI.

Nous avons déjà l’accord des anciens et nous avons eu des rencontres avec les différents présidents de fédérations, d’églises et de confessions religieuses. Après l’accord que nous avons obtenu de ces différents présidents, nous sommes à la mise en place des structures nécessaires. Chaque fédération garde son indépendance, mais nous avons un cadre commun de concertation qui sera la voix de tous les protestants évangéliques de Côte d’ivoire. Je voudrais donc dire encore que c’est une très bonne chose toutes ces fédérations qui naissent, mais ce qui est primordial, c’est l’unité dans la diversité.

Dites-nous, 40 ans plutôt auriez-vous pensez que nous serions à un tel niveau de fédérations ?
Je dirais oui, si nous considération l’exemple de la croissance extraordinaire de l’église baptiste œuvres et missions et même l’église baptiste dans son ensemble, sans parler des autres dénominations qui font aussi un travail formidable. Les missionnaires qui sont venus des Etats-Unis ont implanté l’église, mais certaines églises qui sont devenues grandes ont obtenu leur autonomie. Cela présageait déjà qu’il y aurait plusieurs fédérations plu tard. Aujourd’hui, nous avons la même mission qui a mis en place les baptistes issus des baptistes américains. On note deux grands mouvements aujourd’hui ; ce sont les baptistes missionnaires et les baptistes œuvres et missions. Ces deux mouvements sont de la même obédience. Il y a aussi d’autres baptistes de la France et de la Grande Bretagne qui sont aussi présents ici. Il y a aussi les pentecôtes qui sont là. En plus de ceux-là, nous avons les Assemblées de Dieu. Et donc tout cela ne pouvait qu’aboutir à un tel résultat heureux.

Concernant le Consistoire, ne pouvons-nous pas être sceptique quant à son avenir si nous tenons compte des conflits de leadership qui minent le milieu ?
Le Consistoire n’est pas un lieu de vote, le bureau exécutif sera constitué des anciens. Ce sont eux qui parleront au nom de tous. Les différents présidents de fédérations et des églises sont membres de ce Consistoire. Il n’y a pas de vote et donc pas de problème de leadership. Je ne pense pas que le Consistoire puisse mourir. S’il meurt, c’est que l’église aussi va mourir. Une fédération peut cesser d’exister mais le Consistoire, lui, ne mourra pas parce que tous les membres sont à vie comme l’église dont ils sont membres.

Dites-nous, en tant qu’un des précurseurs du réveil en Côte d’ivoire, êtes-vous à mesure de faire un bilan sur l’église ivoirienne ?
D’abord, pour faire un bilan, il faut partir de soi-même. Je préfère parler de ce que Dieu a fait à travers ma personne. À partir de l’église baptiste œuvres et mission seulement, il faut voir qu’en 40 ans, nous avons implanté 1800 églises dans le monde entier. Nous avons plus de 600 pasteurs en plein temps composés d’hommes et de femmes. Nous avons formé 85 000 ouvriers qui aident les pasteurs à gérer plus de 250 000 membres de 1975 à 2017. A partir de tout cela, si nous ajoutons le travail des autres communautés, nous pouvons aisément dire que le bilan est positif. Le problème aujourd’hui est l’aide à apporter à ces différentes entités pour plus d’organisation.

Nous disons donc que le Consistoire pourrait régler bien de problèmes de cet ordre en inspirant des uns des autres. Nous notons aussi que beaucoup de jeunes ministères gagneraient à bénéficier de l’expertise des anciens qui vont être membres du Consistoire. Nous constatons que notre travail est en train de porter des fruits, certains d’entre eux, qui quittaient le pays pour aller chercher un repère spirituel dans des pays anglophones, ont commencé à comprendre aujourd’hui qu’en Côte d’Ivoire, ils ont des modèles à suivre. Sur le plan organisationnel et structurel, l’église est en train de gagner en maturité. Les communautés, qui ne se côtoyaient pas avant commencent à le faire. Donc, nous pouvons aisément dire que nous sommes mûres aujourd’hui.

Nous allons parler de maturité, il y a des églises qui sont en plein combats judiciaires, nous allons prendre un cas simple, l’Eglise Réveil de CI et l’Eglise Réveil Internationale et les pentecôtistes pour ne citer que ceux-là. Que faites-vous pour ces cas-là en tant que doyen dans le milieu ?
Nous constatons que cela est une question de maturité. Quand l’UESSO avait eu des problèmes avec la question des dons spirituels, il y a eu beaucoup d’incompréhensions qui ont été mis au compte doctrinal, alors que c’est des principes bibliques qu’il fallait appliquer. Certains à l’UESSO n’ont pas compris, c’est cela qui a poussé les GLAO à sortir de leur communauté. C’est ainsi qu’est né le Réveil de CI. Nous tous avons participé à leur mise en place. J’ai personnellement participé à la mise sur pied des différentes structures. Les structures n’étaient pas bien huilées quand le Révérend GLAO est décédé.

Alors que moi, je me trouvais aux Etats-Unis. Les cadres qui étaient là ne se sont pas bien entendu, le père fondateur n’étant plus là, cela était un peu difficile. J’ai été la première personne qu’ils ont invitée à Duékoué, après leur sortie de l’UESSO, afin de débattre des questions liées à l’organisation d’une église. Au moment où je donnais l’enseignement sur l’organisation d’une église à Duékoué, des tensions étaient déjà perceptibles.

Aujourd’hui, le jeune frère Kpan René a pris une partie et le frère Zamblé Yao Germain aussi gère une partie. Ce qui semble important pour moi aujourd’hui, c’est de les aider s’ils consentent à nous solliciter. Moi, j’ai eu la grâce de travailler avec des missionnaires baptistes, quand le problème de dons a surgi, c’était les mêmes incompréhensions. Vous savez, nos parents missionnaires ne nous donnent que ce qu’ils ont, et encore c’est selon leur degré qu’ils nous le donne. Le parler en langue, chasser les démons n’étaient pas leur degré, tandis qu’à moi, Dieu me fait la grâce de le comprendre. Souvent, ils leur arrivaient de s’opposer, mais DIEU me disait de continuer et m’assurait qu’il ferait que je sois un canal pour le réveil en Côte d’ivoire.

C’est ce qui se passe dans les autres communautés, l’incompréhension crée des tensions. C’est la maturité qui a manqué autres cadres qui étaient au Réveil. S’ils avaient bien compris ces fondamentaux, il n’y aurait pas ce schisme. Moi aussi, j’ai vécu ces moments, d’autres avec qui j’ai commencé l’œuvre ont fini par me quitter, mais cela n’affecte en rien les relations que j’ai avec eux. Ce sont toujours mes enfants spirituels, je continue de les assister comme je peux s’ils me sollicitent. Pour toutes ces communautés qui se sont créées, il faut leur apporter assistance. Dieu n’abandonne pas une église morte, mais il la ressuscite. C’est vrai, à des moments, la maturité a fait défaut, mais toutes ces entités font partir du corps de Christ et nous devons les aider à solutionner leur différent. Par la grâce de Dieu, j’ai aidé l’église pentecôte à solutionner le conflit entre eux (tendance YAO BIO et SIDIKI TRAORE).

Pour une église forte, peut-on voir le Consistoire comme une panacée pour tous les maux qui minent le milieu ?
Mais non, car chaque fédération travaille déjà et les problèmes inhérents à chaque fédération doivent être traités par les fédérations elles-mêmes. Le Consistoire ne remplace, ni l’église, ni les fédérations. Il est là pour s’occuper des grandes questions. Par exemple, s’il devait avoir vote dans le pays pour adopter l’homosexualité comme quelque chose de normale, Voilà une grande question qui amènerait le Consistoire à se prononcer au nom de l’église protestante évangélique ivoirienne.

Le Consistoire peut aussi jouer un rôle dans le domaine du développement, chaque église peut avoir des œuvres sociales, avoir des écoles, des hôpitaux, mais le Consistoire peut décider de construire une université chrétienne pour tous. Elle se chargerait des études de faisabilité grâce aux compétences que chaque église membre possède. Le Consistoire ne vient pas pour régler tous les petits problèmes, il est plutôt un cadre de réflexion pour de grand sujet qui concerne la vie de l’église dans son ensemble.

Nous sommes à la fin de cette entrevue, que peut-on retenir alors ?
‘‘La prolifération’’ des fédérations est plutôt la force de l’église, elle doit être mieux organisée parce que l’unité dans la diversité fait partie du plan de Dieu. La diversité n’étant pas l’uniformité, il faut cependant de l’ordre et la discipline. C’est ce qui manque dans notre milieu. Le Seigneur a dit : « faite de toutes les nations des disciples ». Il faut que cela commence par l’église. C’est la discipline qui peut nous permettre d’éviter tous ces problèmes, nous ne disons pas qu’il n’y aura plus de problèmes mais cela sera moindre grâce à la discipline. C’est pour juguler tout ça que le Consistoire est en train d’être mis en place. Quand une fédération est dépassée par un problème, qui va le régler si ce n’est le Consistoire ? Nous constatons une certaine maturité de l’église ivoirienne, cela nous donne d’être confiant en l’avenir de l’église. Nous en tant qu’anciens, nous avons notre part de responsabilité, car la plupart de ces jeunes ministres, c’est nous qui les avons engendrés.

Nous avons le devoir de les aider, car après tout, ce sont nos enfants spirituels. Par la grâce de Dieu, toutes nos grandes rencontres ont engendré un réveil qui a aussi engendré beaucoup de ministères et d’églises. Ces églises doivent être encadrées et nous pensons que l’unité et la discipline seront perceptibles dans le corps de CHRIST avec le consistoire des églises protestantes évangéliques de Côte d’ivoire. Le Consistoire n’est pas une structure comme une fédération, ni une église locale. Elle comporte la chambre des anciens, présidents de fédération et présidents fondateurs d’églises et œuvres chrétiennes de Côte d’ivoire. Personne n’est exclu. C’est l’unanimité du corps de Christ que les dirigeants du Consistoire sont choisis selon les preuves de leur apostolat et leur qualité de père d’églises. Ils ne sont pas choisis par vote, mais par principe théocratique. Merci de nous interviewer pour un peu d’éclairage sur l’église en cote d’ivoire et sur le Consistoire du corps de Christ. Dieu vous bénisse !!

 Réalisée par ETHAN
retour

QUE PENSEZ-VOUS DE CET ARTICLE





REJOIGNEZ-NOUS





FAITS ET BIBLES
INSOLITE - Les pasteurs Dieunedort Kamdem et Waffo choquent les internautes…photos
INSOLITE - Les pasteurs Dieunedort Kamdem et Waffo choquent les internautes…photos Voici une image qui a exaspéré et choqué plusieurs internautes un peu partout dans le monde, depuis sa publication il y a quelques semaines sur les réseaux sociaux.
afrikmag.com




ichretien.com :le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire


Ichretien.com - Le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire - Actualité Chrétienne Ivoirienne et Internationale 24 h/24 | Ensemble, Transformons des vies en ligne ! Tous droits réservés
Ichretien.com est une Marque de l'Agence WINCOM - Tel : (+225) 58 58 18 58 - Bureau de Liaison Europe / Amérique : +33 65 25 38 559