Aime la page Facebook.com de iCHRETIEN.COM !

Et Rejoins la Communauté du
Premier Portail Chrétien de Côte d'Ivoire !


ACTUALITE

Date de publication : mercredi 3 avril 2024 - Source : Ichretien.com avec Autre Presse

International

Faut-il abandonner Haïti ?


Faut-il abandonner Haïti ?
« En tant que chrétiens, nous avons confiance en Dieu, c'est pourquoi nous voyons Haïti d'une manière différente du reste de la population et des médias », déclare le responsable d'un ministère auprès des enfants du pays.

Depuis le début du mois de mars, Haïti connaît à nouveau une spirale de violence et de chaos qui a plongé le pays dans une situation unique d'insécurité et de manque de ressources.

La situation s'est aggravée après que certains des plus grands gangs du territoire, auparavant en conflit les uns avec les autres, ont uni leurs forces contre le président et premier ministre, Ariel Henry, jusqu'à récemment, rapporte Evangelical Focus.

Henry est arrivé au pouvoir en 2021, après l’ assassinat du président Jovenel Moïse par un groupe de mercenaires colombiens.

L'enquête sur l'affaire continue d'avancer après qu'un tribunal a accusé la veuve de Moïse, son Premier ministre, Claude Joseph, et l'ancien chef de la Police nationale haïtienne, León Charles, de complot en février.

Les gangs ont commencé à agiter les rues pour obtenir la démission d'Henry (qui a également connu une tentative de meurtre en janvier 2022). Ces groupes violents contrôlent 80 % de la capitale, Port-au-Prince.

Le début de la récente escalade de la violence a coïncidé avec la libération de 4 700 prisonniers après l'assaut de deux prisons par des gangs et avec le voyage international d'Henry à Nairobi pour signer un accord sur le déploiement d'une force de police multinationale pour lutter contre les groupes armés en Haïti.

La démission du Premier ministre pour former un cabinet de transition le 11 mars n'a pas apaisé le jeu et le pays continue de faire face à un vide de pouvoir sans précédent.

"Nous n'avons ni président, ni ministres, ni police organisée"
Yvrose Telfort, fondatrice de House of Hope Haiti , un ministère chrétien local qui aide et scolarise jusqu'à 750 enfants, explique au site d'information espagnol Protestante Digital qu'« Haïti est le seul pays au monde où il n'y a ni président, ni premier ministre ». ministre, pas d’autres ministres, pas de police organisée, pas de force militaire ».

« Ils tuent des gens, mais nous restons fermes, sachant que Dieu contrôle Haïti. Nous croyons que quelque chose va se passer, nous devons être patients et continuer à être résilients car ce n'est qu'alors que nous pourrons voir comment tout cela se déroulera", ajoute-t-elle.

Qui contrôle Haïti ?
Pour le pasteur évangélique uruguayen Jorge Márquez, dont l'église a établi un refuge de secours dans ce pays des Caraïbes par l'intermédiaire de l'ONG Esalcu, « Haïti est une nation détrônée ».

« En plus du gouvernement démocratique et de ses forces de sécurité, il y a toujours eu des sortes de dirigeants territoriaux, exerçant une justice parallèle, que le peuple respecte et obéit. Même si le système judiciaire libère un accusé, le chef d'un de ces gangs peut décider de l'exécution de l'accusé et personne ne fera rien », ajoute Márquez, qui a visité le pays en 2010, coïncidant avec le tremblement de terre dévastateur qui a frappé le pays. tué plus de 300 000 personnes.

Telfort convient que « les gangs tuent principalement des militaires. Les gens ne vont pas dans certains endroits parce qu'ils sont contrôlés par des gangs qui ont besoin d'argent pour faire ce qu'ils font, alors ils tuent des gens pour obtenir ce dont ils ont besoin ».

« C'est une situation chaotique où nous ne pouvons compter que sur Dieu », ajoute-t-elle.

L'espoir de la fondatrice de House of Hope Haiti est que Dieu « suscitera quelqu'un ou des personnes pour qu'ils soient au gouvernement, afin que les choses changent », même si elle reconnaît que « la mentalité a toujours été que le groupe qui est au pouvoir peuvent faire ce qu'ils veulent », tandis que « d'autres groupes se battent pour faire la même chose, voire pire, que ce qui a été fait ».



Faim et soif
Une grave crise des ressources primaires touche actuellement presque toute la population.

« Il n’y a ni gaz, ni nourriture », et l’eau est devenue un luxe. Trois litres d'eau coûtent entre deux et quatre dollars et beaucoup n'ont pas assez d'argent pour se le permettre. « Les gens n'ont pas d'espoir, mais nous avons de l'espoir parce que Dieu ne va pas nous abandonner », souligne Telfort.

Elle dénonce également que « nous voyons des hélicoptères aller et venir 16 fois par jour depuis la République Dominicaine vers Haïti. C'est déplorable parce que les gens ne peuvent pas voyager d'Haïti vers un autre pays, mais la plupart de ceux qui montent en hélicoptère sont des gens qui ont de l'argent, issus des classes supérieures ».

House of Hope Haïti a réussi à résoudre le problème de sécurité en mettant en place un groupe de gardes armés pour protéger ses locaux.

« Nous n'avons pas de problème avec l'école ou notre église, notre problème c'est la nourriture », souligne-t-elle, car ils doivent se rendre à la frontière avec la République Dominicaine pour obtenir la nourriture qui est ensuite préparée et distribuée aux 750 enfants qu'ils accueillent. prendre soin de.

Il n’existe aucun canal sûr permettant à l’aide humanitaire d’atteindre le pays. Même le Comité international de la Croix-Rouge a déclaré à la BBC qu'il avait dû parler à certains gangs pour pouvoir acheminer l'aide humanitaire.

« Il y a une pénurie de nourriture, d'importations, de carburant, et les gens violents contrôlent les routes, facturant de l'argent comme ils le souhaitent pour permettre l'accès », explique le pasteur Márquez.

Le pasteur uruguayen partage les situations difficiles qu'il a vécues. « Menacés de mort, nous avons dû quitter le foyer de nos enfants, le remettre au gang local et emmener nos enfants et quelques affaires dans un logement loué dans une autre région. En chemin, nous avons été arrêtés par un autre gang qui nous a demandé 3 000 dollars américains pour nous permettre de déménager ».


Missionnaires et aide chrétienne
Selon Márquez, « d’importants ministères chrétiens se sont retirés du pays et ont abandonné leur mission et leurs biens ».

Telfort le confirme et se dit préoccupée de voir de moins en moins d'aide humanitaire venir des organisations chrétiennes alors que « tout le monde essaie de sortir d'Haïti. Les organisations missionnaires aux États-Unis demandent à la plupart de leurs missionnaires de rentrer et de quitter le pays ».

C'est pourquoi Telfort estime que la seule aide qui puisse être apportée désormais se situe au niveau local. « Un groupe de notre église va aider dans une région très mauvaise. Il y a beaucoup de faim dans cette région, alors ils vont donner du riz, des spaghettis et des choses comme ça ».

Dans un article analysant l'effet de l'aide évangélique internationale dans des cas comme Haïti, Warren Cole Smith a fait référence à ce que Bob Lupton propose dans des livres tels que Toxic Charity ou Theirs is the Kingdom , et a souligné que « les voyages missionnaires à court terme peuvent avoir un impact négatif sur l'aide évangélique internationale ». effet préjudiciable », et que « les microcrédits et les programmes de construction d’églises et de communautés gérés par les peuples autochtones sont plus efficaces que les projets missionnaires à court terme ».



Y a-t-il une solution ?
En attendant l’annonce des élections et la formation d’un nouveau gouvernement, la question récurrente dans les grands médias est de savoir ce qui va arriver à Haïti, s’il y a une chance de se relever ou s’il faut simplement le déclarer comme un autre État en déliquescence.

« Notre prière est que Dieu rende justice aux enfants affamés et malades privés de médicaments, que Dieu dans sa miséricorde se souvienne des mères enceintes et de leurs enfants, qu'il arrête le meurtre d'innocents et l'appropriation des terres et des bâtiments sous le régime de la justice. excusez-vous qu'ils appartiennent à leurs ancêtres», souligne Márquez.

Il souligne qu'humainement parlant, il semble extrêmement difficile de résoudre ce chaos et cette anarchie, « mais chaque fois que le peuple criait, Dieu suscitait un Samson, un Josué, une Déborah. Nous croyons en Dieu, mais le cri de l'Église de Jésus-Christ doit s'élever ».

« En tant que chrétiens, nous avons confiance en Dieu, parce que nous savons ce qu'il fait, nous savons qu'il nous a promis qu'il ne nous quitterait pas et ne nous abandonnerait pas, donc nous voyons Haïti d'une manière différente du reste du peuple et des médias », dit Telfort.

Tout en reconnaissant qu'il s'agit d'une « situation chaotique », elle insiste sur le fait que « nous ne pouvons compter que sur Dieu ». 


Debarasez-vous de la fatigue générale !


retour

QUE PENSEZ-VOUS DE CET ARTICLE


Publicité instruments de Musique



GETHSEMANE : TEMOIGNAGES EXCLUSIFS
Pasteurb ADE Landry: J'ai échappé au banditisme et à la rue grâce à JESUS
Pasteurb ADE Landry: J'ai échappé au banditisme et à la rue grâce à JESUS Le pasteur ADE Landry nous partage dans le cadre de notre rubrique Gethsemane, les difficultés de son ministère.
ICHRETIEN.COM



REJOIGNEZ-NOUS






FAITS ET BIBLES
Un pasteur converti à l'Islam, "je me suis réveillé avec le nom de Mohammed écrit sur ma main"
Un pasteur converti à l'Islam, Le pasteur de l'église évangélique pentecôtiste "Réveillée" à Bébédjia s'est converti à l’Islam. Il a décidé d’officialiser sa conversion ce 2 mai à l’occasion de la fête de...
Ichretien.com




ichretien.com :le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire


Ichretien.com - Le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire - Actualité Chrétienne Ivoirienne et Internationale 24 h/24 | Ensemble, Transformons des vies en ligne ! Tous droits réservés
Ichretien.com est une Marque du Groupe WINCOM - Tel : (+225) 58 58 18 58 / (+225) 08 60 60 04 - Siège Social : Abidjan - Côte d'Ivoire