Aime la page Facebook.com de iCHRETIEN.COM !

Et Rejoins la Communauté du
Premier Portail Chrétien de Côte d'Ivoire !


ACTUALITE

Date de publication : jeudi 5 dcembre 2019 - Source : Ichretien.com

Angleterre

Transgenre - Une femme a changé son sexe pour celui d'un homme et le regrette maintenant


Transgenre - Une femme a changé son sexe pour celui d'un homme et le regrette maintenant
Une Britannique a affirmé que sa tentative de vivre comme un homme pendant 17 ans, qui comprenait l'injection d'hormones masculines dans son corps, le fait de lui retirer ses seins et la présence d'un faux organe reproducteur masculin, était une "grosse erreur" qu'elle a maintenant profondément regrets.

Debbie Karemer, 61 ans, a brisé un nouveau tabou cette semaine: admettre publiquement la "démotivation" des thérapies dites de changement de sexe .

"Je suis une femme", dit-elle. "Je ne veux pas être un homme. Je suis coincé. Je me sens complètement mutilé. C'est un gâchis complet. Je regrette seulement cette décision."

Karemer croit maintenant que sa haine de longue date était un effet secondaire de l'agression sexuelle de son père par son propre père à l'adolescence. Mais en 2002, elle a regardé un épisode d'une émission télévisée diffusée en journée sur les personnes transgenres et a été soudainement convaincue que son problème était qu'elle "se trouvait dans le mauvais corps". À l'époque, elle avait 44 ans.

"J'ai passé des années à sentir que je ne pouvais pas vivre dans mon corps et à me haïr chaque instant", a-t-elle déclaré à la presse britannique.

"'J'ai soudainement vu la réponse au programme' Kilroy '. Cela semblait être la seule solution pour moi. Cela semblait être la seule voie à suivre", a-t-il ajouté.

Karemer était mariée à un homme depuis 1997, mais avait commencé des recherches en ligne sur le transgenre et avait fondé à Londres un groupe de soutien pour femmes, qualifié d '"hommes transgenres". Elle a ensuite eu un rendez-vous avec un psychiatre privé et a reçu une injection de testostérone lors de son premier rendez-vous, comme elle l'avait annoncé à l'émission «File on 4» de Radio BBC.

Le parcours de la femme vers ce qu'elle pensait être "la virilité" fut rapide. Trois mois après le début des injections de testostérone, ses seins ont été retirés chirurgicalement et elle a légalement changé de nom pour devenir Lee Harries. Elle a payé elle-même la double mastectomie (3 500 £), mais toutes les mutilations ultérieures ont été payées par le service national de santé financé par les contribuables, même dans des cliniques privées.

En 2004, les chirurgiens ont retiré l'utérus, les ovaires et les trompes de Fallope de Karemer et ont procédé à une méthoïdioplastie, première étape de la création d'un "pénis" à partir de la chair vivante. En 2005, Karemer a reçu des testicules prothétiques et en 2008, son vagin a été retiré. Quelques mois plus tard, les chirurgiens ont récupéré la graisse du bras et la peau pour terminer le travail sur le pénis. En 2010, les chirurgiens ont retiré le reste de ses seins et, en avril 2013, ses "testicules" ont fait l'objet de davantage de travail. Grâce à des injections régulières de testostérone, elle a eu une barbe sur le visage et a commencé à devenir chauve.

Déception

Mais le corps masculin de Karemer ne lui a pas apporté le bonheur auquel elle s'attendait. En 2012, elle a été inspirée par le scandale des abus sexuels qui a fait la une au Royaume-Uni et qui a rapporté à la police les abus incestueux que son père avait commis. Le père de Karemer est décédé avant qu'il puisse être jugé. Puis, en avril 2013, Karemer a eu une épiphanie lorsque son thérapeute a utilisé l'expression "traumatisme de l'enfance" dans l'une de ses séances. En entendant ces mots, Karemer sut soudain qu'il avait commis "une grosse erreur".

"Au cours de la séance où j'ai réalisé que c'était si grave, j'ai eu une panne totale et une attaque de panique parce que j'ai réalisé que c'était une grosse erreur", a-t-elle rappelé.

"J'ai été traumatisée par ce qui s'est passé dans ma vie et j'ai été diagnostiquée [tôt] comme transgenre", a-t-elle poursuivi. "En regardant en arrière maintenant, je réalise que c'était simplement le sentiment que si je n'avais pas de vagin, je ne pourrais pas être violée."

Elle a confié à "File on 4" de BBC Radio qu'elle pensait qu'elle "ferait un voyage pour devenir une nouvelle personne".

"Je voudrais devenir quelqu'un d'autre et laisser la femme traumatisée complètement derrière," a-t-il déclaré, se souvenant de sa pensée et de ses attentes erronées concernant le changement de sexe.

Finalement, Karemer a décidé de faire ce qu'il pouvait pour réparer son corps mutilé. Le plus évident était d'arrêter d'injecter des hormones mâles dans son corps. Après avoir attendu neuf mois que tout son excès de testostérone dans son système quitte son corps, elle a commencé à prendre de l'œstrogène. Mais on ne sait pas quelles autres interventions médicales peuvent ou devraient être faites pour restaurer son apparence féminine.

"Comment peut-on traverser une autre transition pénible?" Demanda-t-elle.

"Qu'est-ce que tu fais? Je n'ai pas de cheveux. J'ai une barbe. J'ai tout mon corps mutilé. Comment puis-je revenir à Debbie?"

Le programme "File on 4" a indiqué que le médecin qui a assisté pour la première fois à Karemer avait été reconnu coupable par le British Medical Council d'être coupable d'un diagnostic erroné grave. Accusé d'avoir incité des patients à suivre un traitement de changement de sexe, il lui était interdit de fournir des hormones aux patients lors des premiers rendez-vous.

Soutenir dans l'angoisse

Karemer reçoit un soutien émotionnel de la part du réseau de défense britannique pour la transgression, une organisation à laquelle certains activistes transgenres s'opposent fermement. Le programme "File on 4" a également rencontré le chirurgien Christopher Inglesfield, qui a effectué la procédure de changement de sexe de Karemer. Il pense que l'annulation de la transition met en péril la cause des transgenres.

"Tout renversement de cette transition commence à mettre la société en question tout le processus de transition", a déclaré Inglesfield.

"[La société dit]" Eh bien, si ces personnes vont être désolées dans dix ans, pourquoi finançons-nous ces transitions? Pourquoi soutenons-nous, pourquoi reconnaissons-nous cette chose de transition en premier lieu? ", At-il poursuivi. "La communauté trans est très nerveuse à l'idée que cela devienne une belle histoire."

Apparemment, personne au Royaume-Uni ne sait combien il y a de transgenres désolés, car le British National Health Service ne tient pas de registres à ce sujet. Selon File on 4, ces personnes ont souvent honte et sont en colère contre les médecins qui ont rendu possible leur "transition".

Dans le même temps, le nombre d' enfants référés au service britannique de développement de l'identité de genre (Gids) est passé de 100 en 2009 à plus de 2 500, selon "File on 4". L'année dernière, 75% des nouveaux parrainages étaient des filles. 


retour

QUE PENSEZ-VOUS DE CET ARTICLE


Faites de bonnes affaires avec Jumia Black Friday 2018



GETHSEMANE : TEMOIGNAGES EXCLUSIFS
Pasteur Adji Raymond, on ramassait les têtes de poissons au marché pour manger
Pasteur Adji Raymond, on ramassait les têtes de poissons au marché pour manger Le Pasteur Adji Raymond est le fondateur de la Mission Évangélique International du Christ "MEVIC" , il est aussi le numéro UN en matière de leadership dans la sous-région africaine. L'homme de Dieu a eu un début de ministère jalonné de difficultés, au point où son foyer était menacé.
Ichretien.com



REJOIGNEZ-NOUS






FAITS ET BIBLES
L'église de Satan saccagée à Abia, son fondateur arrêté
L'église de Satan saccagée à Abia, son fondateur arrêté Ifekwe Udo, le chef et fondateur de l'Eglise de Satan, dans l'Etat d'Ohafia Abia au Nigeria, vient d'être arrêté
empruntmix.com




ichretien.com :le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire


Ichretien.com - Le Portail Chrétien de Côte d'Ivoire - Actualité Chrétienne Ivoirienne et Internationale 24 h/24 | Ensemble, Transformons des vies en ligne ! Tous droits réservés
Ichretien.com est une Marque du Groupe WINCOM - Tel : (+225) 58 58 18 58 / (+225) 08 60 60 04 - Siège Social : Abidjan - Côte d'Ivoire